Singing in French

! Last sessions for this year ! 

The singing sessions are a great opportunity for improving your pronunciation, your intonation as well as learning new vocabulary. It can be a great way of practicing before your oral exams!

It’s an informal gathering to relax and practice some French all together                        (we can’t sing either). Next week we will sing :

Tuesday 30th April 1pm-2pm à Mes Aieux + Zaz                                                                  in Samuel Alexander 3.1

Wednesday 1st May 3pm-4pm à Edith Piaf + Brigitte + Superbus                                        in University Place 3.210

 

 

Meetings this semester: Tuesdays (weeks 3, 5, 7) from 1-2 in Samuel Alexander 3.1; Wednesdays (weeks 2, 4, 6, 8) from 3-4 in Simon 4.50

Tuesday 12 March

Slide1

Anna Marly – Le chant des partisans

http://www.youtube.com/watch?v=QRhg-Ioik8c http://www.youtube.com/watch?v=WYLpN-l_zAI (version de Zebda)

 

Untitled3

Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines?
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu´on enchaîne?
Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c´est l´alarme.
Ce soir l´ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes.

Montez de la mine, descendez des collines, camarades!
Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades.
Ohé, les tueurs à la balle ou au couteau, tuez vite!
Ohé, saboteur, attention à ton fardeau : dynamite…

C´est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères.
La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère.
Il y a des pays où les gens au creux des lits font des rêves.
Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève…

Ici chacun sait ce qu´il veut, ce qu´il fait quand il passe.
Ami, si tu tombes un ami sort de l´ombre à ta place.
Demain du sang noir sèchera au grand soleil sur les routes.
Sifflez, compagnons, dans la nuit la Liberté nous écoute…

Ami, entends-tu ces cris sourds du pays qu´on enchaîne?
Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines?
Oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh…

 

VERSION DE ZEBDA

Spécialement dédicacé à tous ceux qui sont motivés
Spécialement dédicacé à tous ceux qui ont résisté, par le passé

Ami entends tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines
Ami entends tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne
Ohé, partisans ouvriers et paysans c’est l’alarme
Ce soir l’ennemi connaîtra le prix du sang et des larmes

Motivés, motivés
Il faut rester motivés !
Motivés, motivés
Il faut se motiver !
Motivés, motivés
Soyons motivés !
Motivés, motivés
Motivés, motivés !

 

C’est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères
La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère
Il est des pays où les gens au creux des lits font des rêves
Chantez compagnons, dans la nuit la liberté vous écoute

REFRAIN

Ici chacun sait ce qu’il veut, ce qu’il fait quand il passe
Ami si tu tombes un ami sort de l’ombre à ta place
Ohé, partisans ouvriers et paysans c’est l’alarme
Ce soir l’ennemi connaîtra le prix du sang et des larmes

REFRAIN

On va rester motivé pour le face à face
On va rester motivé quand on les aura en face
On va rester motivé, on veut que ça se sache
On va rester motivé…

REFRAIN

On va rester motivés pour la lutte des classes
On va rester motivés contre les dégueulasses
Motivés, motivés…

 

Renaud et Axelle Red – Manhattan Kaboul

https://www.youtube.com/watch?v=0qeV8PDBH8E

Untitled1

Petit Portoricain, bien intégré quasiment New-Yorkais
Dans mon building tout de verre et d’acier,
Je prends mon job, un rail de coke, un café,

Petite fille Afghane, de l’autre côté de la terre,
Jamais entendu parler de Manhattan,
Mon quotidien c’est la misère et la guerre

Deux étrangers au bout du monde, si différents
Deux inconnus, deux anonymes, mais pourtant,
Pulvérisés, sur l’autel, de la violence éternelle

Un 747, s’est explosé dans mes fenêtres,
Mon ciel si bleu est devenu orage,
Lorsque les bombes ont rasé mon village

Deux étrangers au bout du monde, si différents
Deux inconnus, deux anonymes, mais pourtant,
Pulvérisés, sur l’autel, de la violence éternelle

So long, adieu mon rêve américain,
Moi, plus jamais esclave des chiens
Ils t’imposaient l’islam des tyrans
Ceux-là n’ont-ils jamais lu le Coran ?

Untitled2

Suis redev’nu poussière,
Je s’rai pas maître de l’univers,

Ce pays que j’aimais tellement serait-il Finalement colosse aux pieds d’argile ?

Les dieux, les religions,
Les guerres de civilisations,
Les armes, les drapeaux, les patries, les nations,
Feront toujours de nous de la chair à canon

Deux étrangers au bout du monde, si différents
Deux inconnus, deux anonymes, mais pourtant,
Pulvérisés, sur l’autel, de la violence éternelle

Deux étrangers au bout du monde, si différents
Deux inconnus, deux anonymes, mais pourtant,
Pulvérisés, sur l’autel, de la violence éternelle.

 


Leave a Comment